En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Voisinages : les solides fondations artistiques de "Ruines"
Cliquez pour agrandir

Jérémy Kouyoumdjian et Sylvère Lamotte interprètent "Ruines" accompagnés du musicien Stracho Temelkovski © Nora Houguenade

Voisinages : les solides fondations artistiques de "Ruines"

Lamento est l'une des quinze compagnies à être à l’affiche de Voisinages. Ce dispositif subventionné par la Région permet à des équipes artistiques implantées en Pays de la Loire de présenter leurs créations aux Ligériens tout au long de la saison et sur tout le territoire. Rencontre avec le danseur et chorégraphe manceau Sylvère Lamotte, créateur de Lamento, dont la nouvelle pièce, "Ruines", est plébiscitée jusqu'au musée du Louvre !

Votre spectacle "Ruines" évoque le conflit entre la beauté et la violence... Pourquoi cette thématique vous intéresse-t-elle ?

"Ruines" est raccroché à une iconographie assez précise qui évoque pour moi tout ce conflit, cet oxymore chorégraphique que peut représenter la beauté à travers les corps. Pour construire la pièce, je me suis inspiré du Caravage, de Memling, de tableaux de flagellation du Christ, des descentes de croix, des scènes de piété... Je les ai fait contraster avec des scènes beaucoup plus triviales et contemporaines, en me permettant de faire pause sur des combats assez célèbres de catch, de MMA ou de free-fight. J'ai toujours été impressionné de voir à quel point on peut avoir une double lecture d'une même situation, y voir de la beauté comme de la violence.

Vous allez jouer votre spectacle au Louvre le 24 novembre. En quoi "Ruines" a-t-il toute sa place au milieu d'un musée ?

Il se trouve que j'ai eu l'occasion de danser pour La petite Galerie du Louvre dans un centre commercial, en région parisienne. La conservatrice ayant vu cela, elle a souhaité qu'on puisse intervenir au Louvre. C'est un désir assez fort d'aller danser là-bas qui va se concrétiser. Je vais pouvoir donner la vision d'un artiste contemporain sur des œuvres ancestrales qui sont bel et bien toujours présentes dans les corps, dans la vision artistique actuelle contemporaine. Je pense notamment aux tableaux du Caravage, qui était un artiste assez sulfureux, loin des conventions.

Du plus grand musée au monde aux salles ligériennes, il n'y a qu'un pas, que vous franchirez dans le cadre du dispositif Voisinages...

Complètement. J'adore danser dans des lieux à rayonnement international comme le Louvre, mais je défends aussi cette place de l'art partout. J'aime l'idée que l'art n'a pas d'heure fixe ni de lieu fixe. On était dans un centre commercial, on a fait des places de marché au Mans... J'aime aller vers les gens, soit en conférence dansée soit dans des moments un peu plus impromptus. Et le public apprécie également. Ce dispositif Voisinages, c'est aussi un bon moyen pour décloisonner les Pays de la Loire qui est un territoire assez vaste. C'est très important d'aller vers toutes les salles, qu'elles soient urbaines ou plus rurales.

Voisinages : la Région au service des territoires, des publics et des artistes

  • Le principe du dispositif Voisinages, créé à l’initiative de la Région et de nombreuses structures culturelles, est de permettre aux équipes artistiques implantées en Pays de la Loire de présenter leurs créations aux Ligériens, tout au long de la saison et sur tout le territoire. La Région et ses partenaires contribuent ainsi à soutenir le spectacle vivant en Pays de la Loire et à favoriser la diffusion des œuvres en direction du plus grand nombre. Pour la saison 2018-2019, 15 compagnies présentent 21 spectacles pour un total de 127 représentations dans 29 salles du territoire. La Région subventionne cette opération à hauteur de 197 000 euros.

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au