En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Réjouissances : pendant les fêtes, l'hymne à la joie de l'ONPL
Cliquez pour agrandirPascal Rophé © Marc Roger

Karen Kamensek © Karsten Knoke

Réjouissances : pendant les fêtes, l'hymne à la joie de l'ONPL

Pendant les fêtes de fin d'année, Nantes et Angers accueillent quatre concerts de l'Orchestre National des Pays de la Loire (ONPL) soutenu par la Région. Le programme, baptisé Réjouissances, mélange des morceaux populaires et joyeux, passant de classiques comme les Variations sur un thème Rococo de Tchaïkovski à la bande originale d'Harry Potter. Interview croisée des deux têtes d'affiches invitées, l'Américaine Karen Kamensek (direction de l'orchestre) et l'Allemande Tanja Tetzlaff (violoncelle).

 

 

Qu'espérez-vous de ces Réjouissances avec l'ONPL ?
Karen Kamensek : C'est la première fois que je suis invitée à monter sur scène avec l'ONPL et j'ai hâte de rencontrer l'orchestre et le public à l'occasion de cette soirée très festive ! En tant qu'artiste, j'ai toujours aimé faire les programmes du Nouvel An. Ils permettent de transmettre un message personnel à l'orchestre et au public, sans forcément répondre à une thématique très subtile, pour que la nouvelle année soit positive ! Et à ce moment de l'histoire du Monde, les vibrations positives de toutes sortes sont en général plus que jamais nécessaires !

Tanja Tetzlaff : Lorsque Pascal Rophé, directeur musical de l’ONPL, a eu l'idée de m'inviter, nous venions de faire un concert ensemble à Reykjavik, en Islande, avec les Variations sur un thème Rococo de Tchaïkovski. Je suis très heureuse, car je n'ai pas beaucoup travaillé avec des orchestres français ailleurs qu'à Paris. Et comme j'avais entendu parler de la belle ville de Nantes, je suis ravie d'y passer quelques jours au moment du Nouvel An, pendant les vacances, ce qui me permet d'emmener mes deux aînés qui adorent m'accompagner dans mes voyages. Avec l'ONPL, quatre concerts sont programmés. C'est une fantastique opportunité pour vraiment se connaître, musicalement et humainement !

Ce programme du Nouvel An est un "melting pot" selon Pascal Rophé. Qu'est-ce qui vous plaît dans le mélange de styles et de cultures ?
Karen Kamensek : Eh bien, c'est un programme "Kamensek" typique, donc c'est un genre dans lequel je me sens très à l'aise. Dans mes précédents postes de directrice musicale en Allemagne et en Slovénie, j'ai régulièrement proposé ce type de concert métissé, car je pense qu'il est important d'explorer l'absence de frontières dans la musique. En tant que chef d'orchestre invitée, on me demande de plus en plus de mener ce genre de programme parce que je suis sincèrement convaincue de leur force. Le monde de l'art et de la musique est peut-être le dernier endroit sans murs entre les cultures. Et même les concerts plus "légers" doivent être exécutés avec une grande qualité musicale, car les morceaux "simples" s'approchent de la virtuosité ! J'aime aussi penser que les concerts au programme diversifié ou qui se tiennent pendant les vacances touchent un public légèrement différent, avec davantage de spectateurs d'un soir pour qui les concerts symphoniques ne sont pas un choix habituel de divertissement culturel.

Tanja Tetzlaff : J'adore les "melting pot", et je pense que s'il y a bien un avantage dans l'art et surtout la musique, c'est que le mélange est à la fois naturel et nécessaire : chaque musique est composée à partir de différentes influences de cultures, de paysages, de langues, de styles... C'est ce qui rend la musique intéressante et vivante. En tant que musiciens, nous travaillons constamment avec des artistes d'autres pays, d'autres nations, d'autres religions… et nous ne pensons même pas à nos différences, parce que nous sommes liés par la beauté et l'humanité de l'œuvre d'art que nous voulons créer. Si le "monde réel" ressentait la même joie à rassembler les opposés et des contextes différents, il y aurait plus de bonheur et moins de haine sur Terre. Et le fait que même Harry Potter soit dans ce programme est vraiment amusant, aussi bien pour mes enfants que pour moi…

 

C'est votre première collaboration. Qu'attendez-vous de cette association ?
Karen Kamensek : Effectivement, c'est ma première collaboration avec Tanja Tetzlaff que je connais uniquement de réputation. Comme pour toute nouvelle rencontre entre chef d'orchestre et soliste, nous aurons besoin de quelques jours pour "faire connaissance" musicalement. D'après mon expérience, une relation de confiance et musicale se construit assez rapidement pendant la phase de répétition qui est généralement assez courte et intense. En tous cas, nous sommes toutes les deux musiciennes professionnelles et passons nos vacances du Nouvel An ensemble sur scène avec l'ONPL à Nantes et Angers. Qu'est-ce qui pourrait être mieux que ça ?!

Tanja Tetzlaff : Je n'ai encore jamais travaillé avec Karen Kamensek et suis impatiente de la rencontrer pour jouer les belles Variations sur un thème Rococo avec elle. Comme je suis quelqu’un de très curieux, j'aime rencontrer de nouvelles personnes, y compris sur scène : cela donne toujours de nouvelles idées et de l'inspiration, même pour des morceaux que l'on a joués et entendus très souvent. Chaque collaboration est tout à fait unique et donne de nouvelles couleurs et un nouveau tempo à la musique.

 

 

Info Pratiques

  • 30 et 31 décembre à la Cité de Nantes
  • 1er et 3 janvier au Centre des Congrès d'Angers

Aide régionale

Membre fondateur de l’ONPL, la Région soutient son fonctionnement avec une aide annuelle de 2,9 M€ et met à sa disposition l’auditorium Brigitte Engerer du lycée Nelson Mandela de Nantes.

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au