En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Maison Gracq. Anthony Poiraudeau, ou le temps des paysages
Cliquez pour agrandirDominique Sigaud © Michel Durigneux

Anthony Poiraudeau © Hélène Fondbertasse

Maison Gracq. Anthony Poiraudeau, ou le temps des paysages

Valoriser la création littéraire, tout en créant des liens avec le public… C'est tout l'objet des résidences d'artistes soutenues par la Région* sur son territoire, à l'image de celle qu'achève actuellement l'écrivain vendéen Anthony Poiraudeau à la Maison Gracq, à Saint-Florent-le-Vieil (49).

Quelles sont vos sources d'inspiration ?

"Je m'intéresse beaucoup aux lieux et aux paysages, notamment urbains, à l'image de la ville fantôme du projet El Procero dont traite mon premier livre. J'aime les regarder comme des monuments ou des œuvres d'art, avec une approche esthétique et avec l'idée que la fonction ou le destin de ces lieux entrent dans le sens du paysage . Dans mon 2e livre, je parle ainsi de Churchill, au bord de la baie d'Hudson au Canada : un point sur la carte sur lequel j'ai d'abord projeté beaucoup d'imaginaire avant d'aller sur place pour explorer ce rapport entre les mémoires et les expériences. Ma base d'écriture reste d'ailleurs mes propres expériences in situ."

Pourquoi avoir postulé pour une résidence à la Maison Gracq ?


"J'aime énormément Julien Gracq. Et ce qui me plaît ici, c'est qu'il s'agit avant tout d'un lieu de travail, et non pas d'un musée. Un endroit où les résidents ont également un lien avec le paysage. J'ai donc répondu à l'appel à candidatures pour un séjour de 8 semaines en continu, doté d'une bourse, et mon dossier a été retenu. J'ai ainsi pris mes quartiers le 24 octobre dernier et comme je le pressentais, je découvre que ce lieu nous permet d'avoir du temps pour soi, pour avancer dans son projet d'écriture, mais aussi pour lire, réfléchir, se promener… Tout en ayant des moments de rencontre entre résidents et avec le public."

À quoi occupez-vous donc ce temps ?


"Ayant achevé l'écriture de mon 2e livre juste avant la résidence, je suis arrivé ici dans un état d'esprit particulier. J'en ai alors profité pour débuter un nouveau projet, à savoir un essai sur le cinéaste allemand Werner Herzog, qui accorde lui aussi une grande importance aux paysages. Je me suis documenté, j'ai pris des notes, j'ai lu…Avant de poser une première écriture pour ordonner ma pensée et faire avancer mes réflexions. Et j'ai bien sûr profité de l'inspiration des lieux avec beaucoup de marches le long de la Loire et dans la campagne. Des paysages très beaux sur lesquels on peut voir changer la lumière, assis à notre bureau."

* Avec un soutien régional de 120 000 €  pour l’ensemble de ses activités 2016.

Dernières parutions d'Anthony Poiraudeau

  • "Projet el Pocero" : dans une ville fantôme de la crise espagnole, éditions Inculte, 2013.
  • « Jean-Pierre et Jean » en collaboration avec Sarah Cillaire, site remue.net, 2013-2015 (extraits).
  • « Julien Gracq et la chambre des cartes », revue 303 (n°133), Cartes et cartographie, novembre 2014.

aide régionale

 

Partout en Pays de la Loire, les résidences d'écrivains permettent de valoriser la création littéraire et de favoriser les échanges sous des formes multiples (ateliers de lecture ou d'écriture, rencontres…) avec tous types de publics. Dans cette logique, la Région des Pays de la Loire accompagne des structures menant à l’année des actions de sensibilisation à la lecture et à la littérature, à l’instar de la Maison Julien Gracq, de la Maison Gueffier à La Roche-sur-Yon, la Maison de la Poésie à Nantes, etc. En 2016, elle a ainsi consacré une aide de 120 000 € au titre du soutien aux résidences d’écrivains et aux actions de promotion de la lecture en Pays de la Loire.

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au