En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Lohengrin : Angers Nantes Opéra et l'ONPL sur le même souffle wagnérien
Cliquez pour agrandirLohengrin © Philippe Savoir

Lohengrin © Philippe Savoir

Lohengrin : Angers Nantes Opéra et l'ONPL sur le même souffle wagnérien

6 grands solistes, 88 musiciens, plus de 70 choristes… Avec Lohengrin, c'est tout le souffle wagnérien qui s'apprête à ouvrir la nouvelle saison d'Angers Nantes Opéra, en partenariat avec l'Orchestre National des Pays de la Loire. Ces deux structures culturelles majeures sur le territoire, soutenues par la Région, se rejoignent autour d’une épopée romantique qui a séduit unanimement leurs directeurs respectifs, Jean-Paul Davois et Pascal Rophé.

Comment le choix de Lohengrin s'est-il communément imposé ?

Jean-Paul Davois : "L'ONPL est le partenaire principal et permanent d'Angers Nantes Opéra. Il est donc important pour moi de pouvoir travailler ensemble, sur un pied d'égalité. Pour rappel, cet opéra avait déjà été mis en scène en 2003 / 2004, mais avec une interprétation qui n'était pas à la hauteur. Je tenais donc à le reprogrammer pour que le public puisse l'entendre chanté comme il faut. Mais ce choix a bien été fait avec Pascal Rophé et la mise en œuvre a été partagée par les deux directeurs et leurs équipes."

Pascal Rophé : "Dès notre première rencontre, nous nous sommes parfaitement entendus avec Jean-Paul Davois. Nous sommes sur les mêmes "lignes" musicales et nos envies se recoupent. Pour faire simple, j'avais envie de Wagner et lui voulait Lohengrin, ayant déjà trouvé le chanteur capable de porter cette œuvre très exigeante."

Que permet cette collaboration en termes de préparation ?

JPD : "Le fait de travailler à 50 / 50 offre une vraie souplesse au quotidien. Les décisions sont en effet partagées, surtout lorsqu'elles sont difficiles à prendre, ce qui oblige à se parler, à échanger afin d'éliminer certaines possibilités. Au final, cela crée une émulation et une complicité qui se traduisent par des envies qui deviennent communicatives. Et là, c'est Pascal Rophé lui-même qui dirigera l'orchestre ; il en est le chef titulaire et les musiciens le connaissent, ce qui se traduira inévitablement de façon positive dans l'interprétation de l'œuvre."

PR : "À mon humble avis, un directeur musical est là pour travailler sur tous les plans. Or cela faisait des années que le directeur musical de l'ONPL n'avait pas dirigé d'opéra. Dans le cadre de notre collaboration, il était donc évident pour moi de participer à ces concerts, ne serait-ce que pour appuyer le symbole que cela représente. D'autant plus que l'aspiration artistique de cette production est forte. Cela montre toute l'ambition que j'ai pour cet orchestre, dont le niveau ne cesse d'évoluer vers le haut."

Pourquoi une version de concert pour cet opéra ?

JPD : "Wagner se prête à des versions de concert car sa musique est riche et ses numéros souvent difficiles à chanter, ce qui peut parfois brider la mise en scène. Pour autant, ce qui fait la beauté d'un opéra reste ce mariage "contre-nature" entre la musique et le théâtre. Le défi consiste donc à faire passer cette dramaturgie uniquement dans le chant et la musique… Grâce au talent et au jeu d'acteur des interprètes."

PR : "La version de concert est logiquement recentrée sur la partition. L'exigence musicale n'en est donc que plus forte pour tenir la promesse vis-à-vis du public : celle de le transporter dans un monde unique et total pour un voyage de plus de 3 heures. Sur scène, l'ONPL sera ainsi au grand complet, avec 88 musiciens accompagnés des chœurs d'Angers Nantes Opéra, renforcés pour l'occasion par ceux de l’Opéra national Montpellier Languedoc-Roussillon."

Comment définiriez-vous cette œuvre de Wagner ?

PR : "C'est une œuvre qui est déjà tournée vers ce qui va devenir le Wagner que l'on connaît, avec toute l'importance des cuivres. Avec Lohengrin, il est déjà dans une continuité. Tout s'enchaîne dans un processus d'écriture cyclique qui permet d'identifier les différentes psychologies des personnages sans temps mort."

JPD : "Il nous a semblé intéressant de débuter cette saison "joyeuse" avec cette œuvre puissante et tonitruante, à la fois sombre et subtile, mais pas désespérée ! Mais avec Pascal Rophé, nous réfléchissons déjà à la prochaine saison, et à l'opéra que nous allons cette fois-ci mettre en scène ensemble : un mariage complet pour une première historique !"

La politique culturelle régionale en faveur du spectacle vivant

  • La Région des Pays de la Loire poursuit une politique ambitieuse en faveur du spectacle vivant, à travers un soutien à la création, à la diffusion et à la présence des artistes sur l’ensemble du territoire régional.
  • L’Orchestre National des Pays de la Loire assure à la fois une saison symphonique et lyrique à Nantes et Angers et une mission de diffusion sur l’ensemble du territoire régional. Il mène également de nombreuses actions culturelles en direction de publics très variés. En 2016, la Région soutient l’ONPL à hauteur de 2 947 134 € en fonctionnement et de 125 000 € en investissement.
  • Angers Nantes Opéra offre aux ligériens une programmation lyrique ambitieuse à travers ses saisons à Nantes et Angers, ainsi que par le biais de tournées régionales régulières. Par les actions de médiation menées, l’ANO reste attentif au renouvellement des publics. En 2016, la Région soutient l’ANO à hauteur de 350 000 € en fonctionnement et de 200 000 € en investissement.

Infos pratiques

  • Opéra romantique en trois actes, en version de concert, en allemand avec surtitres en français
  • A La Cité à Nantes, le vendredi 16 et le dimanche 18 septembre 2016
  • Au Centre de Congrès d’Angers, le mardi 20 septembre 2016
  • En semaine à 19h, le dimanche à 14h30 
  • Places de 7 € à 30 € selon les catégories et tarifs 

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au