En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Le Centre chorégraphique national de Nantes dans les pas d'Ambra Senatore
Cliquez pour agrandirAmbra Senatore © Rita Cigolini

Ambra Senatore © Rita Cigolini

Le Centre chorégraphique national de Nantes dans les pas d'Ambra Senatore

Depuis le 1er janvier 2016, Ambra Senatore assure la direction du Centre chorégraphique national de Nantes (CCNN), lieu incontournable de la danse contemporaine en région, mais qui reste méconnu. La chorégraphe italienne entend bien y remédier…

Quelles sont les principales missions du CCNN ?

Elles relèvent de trois aspects : la possibilité pour le chorégraphe directeur de travailler la création et de diffuser ses pièces, le partage de l’outil de travail, par l’ouverture de l’espace à d’autres chorégraphes (accueil studio) et, enfin, la diffusion de la culture de la danse à travers l’action et la médiation culturelle.

Quelles orientations souhaitez-vous lui donner ?

La question de l’action culturelle, de la diffusion de la culture de la danse sur le territoire est essentielle à mes yeux, au même titre que la création. Je souhaite d’ailleurs lier ces deux aspects : travailler le lien entre la création et les citoyens, faire découvrir le plus possible la danse aux habitants de la région. La danse ne doit pas être considérée comme une discipline élitiste. Elle est pour tout le monde !

Il s'agit donc d'un lieu ouvert au public ?

Oui, même si nous ne sommes pas un lieu de diffusion. On ne donne pas de spectacles à proprement parler, sauf exceptions. Les spectateurs sont en revanche invités à assister à des sorties de résidences, à des répétitions ouvertes… Le CCNN est en quelque sorte un lieu d’observation du processus de création. Et aussi un lieu de pratique avec, par exemple, la mise en place d’ateliers de danse pour tous les niveaux, incluant les non-professionnels.

Finalement, la danse contemporaine n’est pas réservée qu'aux connaisseurs...

Évidemment, non. Ce que je dis souvent, c’est que pour danser, il suffit d’être en vie et d’avoir un corps. Si j’ai un message à faire passer, c’est celui-ci : venez découvrir, vous étonner de la danse ! Quand on va au cinéma et qu’on voit un film qui ne nous plaît pas, on ne pense pas tout de suite que le cinéma est nul. Malheureusement, en danse, il suffit parfois qu’un spectateur voie une seule fois un spectacle qui ne lui plaît pas pour qu’il se fasse une idée négative de la discipline…

Bien que solidement implanté sur le territoire, le CCNN a aussi une dimension internationale, à l'image de votre nationalité italienne...  

Oui, l’ambition internationale, c’est un désir des institutions et des collectivités qui soutiennent le projet. Et c’est aussi le mien, à travers la diffusion de mes pièces à l’étranger, et le travail en réseaux autour des résidences. Des troupes étrangères viennent résider à Nantes, et des troupes nantaises ou françaises que l’on porte partent en résidence à l’étranger, essentiellement en Europe.

Quels sont vos projets, à plus long terme ?

Construire le projet européen en accentuant, justement, les résidences croisées, et en diffusant le plus possible nos pièces. Je souhaiterais aussi que plus de gens connaissent le CCNN, qu’ils osent y venir. D’ailleurs, le 21 mai, on va organiser un pique-nique convivial autour de la création chorégraphique, que j’ai appelé le "Primavera". Tout le monde y sera bienvenu !

rencontre avec Ambra Senatore

  • Le CCNN vous invite à partager un moment convivial avec sa directrice Ambra Senatore
  • Du 5 au 7 avril 2016 à 19h
  • Entrée libre sur inscription au 02 40 93 30 97

Infos pratiques

  • Centre Chorégraphique National de Nantes
    Studio Jacques Garnier – 23 rue Noire
    44000 Nantes
  • Tel. 02 40 93 30 97

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au