En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

La revue 303 prend le pouls des cultures du soin
Cliquez pour agrandirLes musiciens de l'ONPL auprès des malades du CHU d'Angers. © Photo Jean-Michel Delage.

Les musiciens de l'ONPL auprès des malades du CHU d'Angers. © Photo Jean-Michel Delage.

La revue 303 prend le pouls des cultures du soin

Les éditions 303 valorisent la culture et le patrimoine des Pays de la Loire, notamment dans leur revue 303. C’est à ce titre que l’association 303 bénéficie depuis sa création du soutien de la Région. Alors que vient de sortir le numéro 147 de la revue 303 qui est consacré aux "cultures du soin", trois questions à son coordinateur, le critique d'art Julien Zerbone.

Pourquoi avoir choisi le thème du soin ?

En tant que membre du comité de rédaction, j'ai proposé de consacrer un dossier au soin car nous avons souvent tourné autour de cette thématique. Notre envie était de l'aborder sous l'angle du concept de "care". Tel qu'il est développé dans la philosophie américaine, il s'agit du soin qu'on apporte à autrui, la "sollicitude" : cela va bien au-delà du champ de la santé. Cela englobe par exemple tout ce qui relève du nettoyage ; une forme de soin peu valorisée, voire invisible. En filigrane, l'objectif de ce numéro était de questionner la culture du soin en France – car toutes les sociétés n'ont pas la même approche – et de mettre en avant les liens entre soin et culture en s'appuyant sur des exemples concrets en Pays de la Loire.

Vous signez deux textes dans la revue. Sur quelles initiatives locales portent-ils ?

Le premier est consacré au théâtre de l'opprimé.e, avec l'exemple d'une troupe qui est devenue une institution à Nantes. Leur conception de la société est assez révolutionnaire et ils envisagent la question du soin de manière très sociale. En mettant en scène des personnes en prise avec des violences, ils créent un outil communautaire de soin et d'émancipation. Je me suis aussi intéressé à la Fonderie, qui existe depuis plus de 30 ans au Mans, et plus particulièrement au collectif "Encore heureux" qui a été créé il y a quelques années. Composé d'artistes, mais aussi de soignants et de patients, il questionne l'acte créatif à partir de lieux des traitements comme les centres d'accueil psychiatriques ou les IME (instituts médico-éducatifs). Leur approche permet de remettre au centre la relation à l'autre. Car pour qu'il y ait un soin, il faut qu'il y ait une conscience de l'autre.

Et parmi les autres contributions, quelles sont celles qui vous ont marqué ?

D'abord deux excellents textes d'introduction à la problématique : un de la philosophe Géraldine Gourbe, qui reprend l'histoire du soin de l'après-guerre à nos jours, et un de la psychologue Pascale Molinier sur la culture du "care" en France. Il y a ensuite de beaux témoignages, notamment sur les clowns à l'hôpital et le portrait d'une socio-esthéticienne. Le sociologue Jean-Paul Fourmentraux présente également le programme des "Nouveaux Commanditaires", une initiative lancée par la Fondation de France qui a donné naissance à des projets remarquables dans le domaine de la santé. Il y a enfin un long entretien avec l'ex-directeur du CHU d'Angers qui se démarque par un programme culturel pionnier et particulièrement ambitieux.

la politique culturelle régionale en faveur du livre et de la lecture

  • La Région des Pays de la Loire développe sa politique en faveur du livre et de la lecture sur l’ensemble du territoire à travers une stratégie globale d’aide aux acteurs de l’économie du livre, de la vie littéraire et de la lecture publique.
  • La Région des Pays de la Loire soutient l’association 303, dont les publications visent à faire connaître la création contemporaine et à valoriser la culture et le patrimoine dans les Pays de la Loire, à hauteur de 336 000 euros par an.

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au