En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur la gestion de vos cookies.

Festival d’Anjou 2017 : de Brialy à Édouard Baer, le théâtre en mouvement
Cliquez pour agrandirNicolas Briançon © Region Pays de la Loire - M. Gross

Nicolas Briançon © Region Pays de la Loire - M. Gross

Festival d’Anjou 2017 : de Brialy à Édouard Baer, le théâtre en mouvement

Du 12 juin au 1er juillet, le théâtre est à l'honneur avec le Festival d’Anjou, soutenu par la Région des Pays de la Loire. Interview de son directeur, acteur et metteur en scène, Nicolas Briançon, qui présente les principaux temps forts d'une programmation aussi riche qu'éclectique.

Quelle est la thématique centrale de cette édition 2017 ?

L'ensemble du festival est dédié à Jean-Claude Brialy*, auquel nous rendons hommage à l'occasion des dix ans de sa mort. La création que nous dévoilons cette année," Faisons un rêve" de Sacha Guitry, a ainsi été choisie en fonction de ses goûts. C'est un auteur sur lequel il a beaucoup travaillé et nous avons essayé de monter la pièce comme lui l'aurait fait. Nous avons aussi organisé une exposition, "Jean-Claude Brialy, l'enchanteur", et l'un des prix du Concours des compagnies portera son nom. Enfin, certains de ses films sont projetés pendant l'événement grâce à un partenariat avec le Festival Premiers Plans.

Cette année, le Festival d’Anjou accueille JoeyStarr, Édouard Baer, Bruno Salomone… des têtes d'affiches qui soufflent un vent de renouveau sur le théâtre français ?

Jean-Claude Brialy était constamment tourné vers les jeunes et suivait de près l'émergence de nouveaux artistes. Les acteurs que vous avez cités font des incursions au théâtre, ont beaucoup de talent et sont très populaires, notamment auprès des jeunes. Bien que le théâtre attire essentiellement des spectateurs de plus de 40 ans, il est aussi important de susciter l'envie de venir pour les plus jeunes, car ils constituent le public de demain. Nous voulons leur faire découvrir qu'ils peuvent entrouvrir cette porte et être charmés par une expérience nouvelle. JoeyStarr a ainsi attiré un public très jeune sur le festival et a eu beaucoup de succès dans un rôle vraiment différent de ce qu'il fait habituellement.

Quels sont les autres temps forts de cette édition ?

Nous avons proposé une carte blanche à François Morel qui se déroule à Cholet sur deux jours, avec deux spectacles différents. Nous sommes ravis de l'avoir, car c'est l'un des artistes les plus importants de notre époque. Il s'illustre notamment par une grande bienveillance et une profonde tolérance, ce qui est appréciable dans le climat actuel… On peut aussi citer la journée "Sunday", dimanche 25 juin, qui pour la première fois se déroule dans les jardins du conseil départemental du Maine-et-Loire. Pensé pour les familles et le jeune public, l'événement rassemble une multitude de spectacles. Il s'agit aussi pour nous professionnels d'une occasion unique d'aller à la rencontre des spectateurs, de leur donner envie d'aller au théâtre et d'en expliquer les coulisses. Car cet art et les grands outils culturels comme le Festival d'Anjou ne nous appartiennent pas : notre devoir est de les partager avec le plus grand nombre.

* Jean-Claude Brialy a dirigé le Festival d’Anjou pendant quinze ans.

la politique culturelle régionale en faveur du spectacle vivant

  • La Région des Pays de la Loire poursuit une politique ambitieuse en faveur du spectacle vivant, à travers un soutien à la création, à la diffusion et à la présence d’artistes sur l’ensemble du territoire régional.
    Elle passe notamment par des aides qu’elle apporte à des festivals au rayonnement régional ou national qui, à travers des programmations de qualité, permettent la rencontre entre le public ligérien et des artistes de tous horizons, dans des lieux souvent éloignés des réseaux de diffusion consacrés. A ce titre, le Festival d’Anjou bénéficie d’une aide régionale de 130 000 euros.

 

Rechercher

Quand ?
Du
Au